Intérim Agir Ensemble

Santé et Sécurité au travail : la CGT occupe des agences

 Le mercredi 22 avril dernier, 7  agences de travail temporaire : Adecco – Manpower – Start People – Synergie – Actual – Proman et Selpro ont été occupées par des salariés et des militants de l’USI (Union Syndicale de l’Intérim) CGT à Marseille et St Nazaire.

Tract permanents Envergure

Pour tout savoir sur Envergure

Et surtout ce que la direction de Manpower ne vous dit pas…

La CGT vous dit tout !!!

Nous vous avons préparé un tract pour vous donner l’essentiel des informations. Toutefois si vous avez encore des interrogations, n’hésitez pas à prendre contact avec un élu de la CGT Manpower.

Manifestation anti-austérité 9 avril 2015

L’appel à la manifestation de la CGT et d’autres syndicats a été un vrai succès.

Plus de 300 000 salariés dans la rue dont 120 000 manifestants rien qu’à Paris et dans cette foule… La CGT Manpower était présente et en force, sous les couleurs de l’USI.

Victoire au 57 Bd de Strasbourg

Enfin la lutte à payée !

Trop d’émotions, trop de joie pour arriver à dormir cette nuit… Les coups de fil de la Préfecture de police, du Ministère de l’Intérieur annonçant la décision de Bernard Cazeneuve de régulariser l’ensemble des salariés résonnent dans ma tête.

Archarnement contre la CGT chez IKEA

IKEA : l’acharnement judiciaire contre notre camarade Adel AMARA ! Alors qu’une plainte contre X a été déposée par la CGT pour espionnage syndical sur la personne d’Adel AMARA et d’autres militants d’IKEA, Alors que les preuves s’accumulent contre la Direction d’IKEA dans cette affaire, Alors que tout démontre que c’est IKEA, qui a organisé le harcèlement d’Adel et d’autres militants CGT, notamment en entravant délibérément l’exercice de leur mandat dans l’entreprise et en violant leur vie privée, Alors que, comme l’a révélé la presse, parmi les membres de l’encadrement qui portent les accusations de harcèlement, plusieurs ont été embauchés par IKEA dans le but express d’espionner Adel AMARA, Alors que la justice a toujours été réticente à condamner pénalement un employeur qui porte atteinte aux droits des Instances Représentatives du Personnel, Alors que, dans cette même logique libérale, le projet de loi Macron, propose de dépénaliser ces violations du droit du travail commises par des employeurs en supprimant toute référence à des peines de prison,

la chambre criminelle de la Cour de Cassation, dans son arrêt du 17 mars 2015, a confirmé la décision de la cour d’appel de Versailles de « décapiter » l’activité syndicale chez IKEA en condamnant Adel AMARA, délégué syndical, à 8 mois de prison avec sursis et 5000€ d’amende pour une affaire montée de toute pièce par des membres de l’encadrement d’IKEA !