Histoire de la CGT , de ses luttes et de ses conquêtes…

Nous sommes heureux de vous faire découvrir la CGT en quelques dates.

La Confédération Générale du Travail est un syndicat de salariés Français créée le 23 septembre 1895 à Limoges.

Jusqu’ en 1919 , elle est la SEULE Organisation Syndicale à représenter les salariés.

1906 : Charte d’Amiens et adoption par le 9ème congrès de la Charte d’Amiens (pour la retrouver cliquez-ici)

1936 : Afin de faire face à la montée du fascisme en Europe, mais aussi de l’aggravation des conditions de vie due à l’accentuation de la crise économique, les travailleurs arrachent par la lutte les grandes conquêtes sociales (congés payés, augmentation des salaires, conventions collectives, semaine des 40 heures, les Délégués du Personnel…. ).

1940 – 1944 : les Syndicats sont dissous par le gouvernement de Vichy. Le mouvement ouvrier s’organise dans la résistance. A Châteaubriant les Allemands fusillent 27 dirigeants et militants de la CGT et du PCF . Le plus jeune avait 17 ans et s’appelait Guy Moquet.

1945 – 1946 : La sécurité Sociale est crée par Ambroise Croizat, Ministre Communiste. C’est la naissance des Comités d’Entreprise (CE) . Les femmes obtiennent le droit de vote. La CGT compte alors 6 millions d’adhérents.

1950 : Création du SMIG, il sera remplacé en 1970 par le SMIC.

1956 : 3ème semaine de congés payés.

1958 : Création des ASSEDIC.

1968 : De nombreuses grèves éclatent partout dans le pays. 10 millions de grévistes. Résultat : augmentation du SMIG de 35 %, hausse des salaires de 15 à 20%, extension de la 4ème semaine des congés payés…

1972 : Première loi légalisant le Travail Temporaire, son contenu s’inspirant largement de l’ accord CGT Manpower arraché par la lutte.

1975 : Loi sur le contrôle des licenciements économiques.

1982 : 5ème semaine de congés payés, réduction de la durée légale du travail à 39 heures. Obligation pour le patronat de négocier annuellement. Retraite à 60 ans. Première ordonnance et divers accords sur le travail temporaire. Des textes à travers lesquels, le Syndicat CGT des salariés de l’intérim de l’époque* avait joué un rôle fort en IMPOSANT des modifications profondes (période d’essai payée sur le salaire de base, protection sociale, formation professionnelle, droit syndical…).

1985 à nos jours : éclatement du salariat, la flexibilité du travail, la casse des travailleurs par le patronat (plusieurs accords néfastes dont l’ANI ont été signés par le patronat et d’autres Organisations Syndicales, l’uniformisation de la pensée par les médias, la précarité, le chômage et bien d’autres facteurs encore ont divisé les salariés favorisant l’individualisme et le fatalisme ; SEULE L’UNITE et la SOLIDARITE de l’ensemble des salariés permettront de renverser la situation.

* aujourd’hui le Syndicat des Salariés de l’Intérim se nomme U.S.I – Union Syndicale de l’Intérim

 

OUI, la CGT l’affirme, d’autres choix sont possibles

Mais pour les imposer il faut SE REGROUPER !

Mais pour les imposer il faut LUTTER !