Intérim Agir Ensemble

La CGT se bat avec les Intérimaires sans papiers

Intérimaires sans papiers : la CGT Manpower se joint au mouvement

pour demander leur régularisation

Montigny-le-Bretonneux, ce mercredi. Une soixantaine de salariés sans-papiers sont venus occuper l’agence Adecco afin de réclamer la régularisation de leur situation professionnelle.
Montigny-le-Bretonneux, ce mercredi. Une soixantaine de salariés sans-papiers sont venus occuper
l’agence Adecco afin de réclamer la régularisation de leur situation professionnelle. (LP/L. Mt.)

Montigny – Poissy : les sans-papiers occupent les agences d’intérim

« Solidaires » et « dans le calme », selon eux, près de 150 sans-papiers sont venus ce mercredi matin occuper l’agence d’intérim Randstad de Poissy et 60 autres l’agence Adecco de Montigny-le-Bretonneux afin de réclamer la régularisation de leur situation professionnelle.

Plus d’une centaine d’entre eux s’apprêtaient à y passer la nuit.

« Nous voulons un cadre bien établi, qu’on ne se fasse plus balader », martèle Abdoulaye Sylla, secrétaire de l’Union Syndicale de l’Intérim CGT, le syndicat sollicité par les sans-papiers pour mener ce combat.

Les salariés réclament, entre autres, la délivrance automatique d’attestations de concordance.C’est en effet ce document qui est au cœur de la grogne de ce mercredi. Celui-ci permet d’établir qu’un salarié étranger résidant en France a pu travailler sous une autre identité, ce qui lui octroie une « admission exceptionnelle au séjour par le travail » selon la loi.

« Nous voulons mettre la pression sur le patronat de l’intérim », poursuit Abdoulaye Sylla. « Ces travailleurs ne font pas d’histoire et acceptent tout, insiste Aberkane Boukhalfa, également de l’USI-CGT. Les dirigeants savent très bien qu’ils emploient des gens comme eux et cela fait leurs affaires. »

Contactée, une agence d’intérim de Poissy affirme cependant « vérifier systématiquement l’identité des salariés, notamment auprès de la sous-préfecture. » La CGT annonce que le « mouvement n’en est qu’à son début » et promet d’autres actions « dans les jours à venir. »

Source : Laurent Mansart et Sébastien Birden pour Le Parisien

Yvelines: des travailleurs sans-papiers occupent deux agences d’intérim

Versailles, 10 juin 2015 –
Plus de 250 travailleurs sans-papiers ont occupé mercredi les locaux de deux agences d’intérim dans les Yvelines, pour réclamer « les documents indispensables » à la constitution de leur dossier de régularisation et plus d’une centaine d’entre eux s’apprêtaient à y passer la nuit, a-t-on appris par la police et la CGT.

Ces travailleurs précaires originaires pour la plupart d’Afrique subsaharienne occupent les locaux et les abords d’une agence Randstad à Poissy et d’une agence Adecco à Montigny-le-Bretonneux avec qui ils sont pour certains en contrat intérimaire, a indiqué à l’AFP Sonia Porot, secrétaire départementale de la CGT dans les Yvelines.

Selon la police, 200 sans-papiers se sont rassemblés dès le matin à Poissy et une soixantaine à Montigny. Ils étaient environ 300 répartis sur les deux sites, soutenus par plusieurs dizaines de délégués syndicaux, selon la CGT.

 A l’origine de cette action, la CGT demande l’ouverture de négociations avec les employeurs pour qu’ils délivrent « sans tergiverser » les « documents indispensables pour la régularisation des travailleurs« , selon son communiqué: attestations et contrats de travail et certificats de concordance qui attestent qu’une personne a travaillé sous différentes identités pour un employeur.

Le syndicat réclame également « l’ouverture de discussions avec les ministères du Travail et de l’Intérieur en vue de compléter et d’améliorer la circulaire de régularisation de novembre 2012« .

Ce texte clarifie et assouplit les conditions de régularisation pour les parents d’enfants scolarisés (en exigeant cinq ans de présence en France et trois ans de scolarisation) et les salariés. Mais la nécessité de fournir des fiches de paie a compliqué la constitution de dossiers pour les travailleurs au noir.

« Nous sommes déterminés à rester tant que nous n’aurons pas obtenu satisfaction« , a assuré Sonia Porot.

« Il n’est pas question de dialoguer avec qui que ce soit tant que les agences seront occupées« , a rétorqué François Roux, délégué général de Prism’emploi, qui représente les employeurs de l’intérim.

« Nous ne pouvons pas soutenir des salariés qui ont usurpé des papiers d’identité car c’est parfois malheureusement le cas« , a-t-il dénoncé.

L’occupation se déroule sans heurts selon la CGT qui a prévu d’apporter des vivres aux travailleurs. « Les employés des agences continuent de travailler normalement et les visiteurs peuvent entrer dans l’agence sans aucun problème« , avait expliqué dans la journée Alain Luguet, un militant CGT joint par téléphone.

Source : AFP

Pour retrouver notre montage photo cliquez-ici.