Intérim Agir Ensemble

Loi « anti-travail »

Loi « anti-travail »

Août 31, 2017

 Loi « anti-travail »

C’est « re »-parti…

Le gouvernement a dévoilé son projet de « loi travail ».

En analysant attentivement ces « ordonnances » tout est fait pour les entreprises. Que ce soit les TPE – Très Petites Entreprises (de 1 à 20 salarié(e)s) les PME – Petites et Moyennes Entreprises – à partir de 20 et jusqu’à 300 salarié(e)s ou les Grandes Entreprises – au delà de 300 salarié(e)s.

Le gouvernement a beau jeu de nous expliquer que c’est pour notre bien, pour créer de la richesse en France, pour créer de nouveaux emplois…

Il n’en est rien !
Si c’était le cas alors, Monsieur le Président de la République, Monsieur le Premier Ministre, Madame la Ministre du Travail expliquez-nous pourquoi vous passez par « ordonnances » cette réforme et que vous ne voulez pas être confronté(e)s aux député(e)s ?

Pas de 49-3 – 2 – 1 – 0 ?
Les leçons du passé vous ont servi ?

Mais les salarié(e)s ne se laisseront pas faire !
Nous ne vous laisserons pas faire !

Nous n’accepterons pas, comme aux Etats Unis, d’arriver au boulot à 8h, et d’en repartent à 9h30 avec un carton sous le bras et au chômage…

Et pourtant les signaux d’alerte sont bien là. La banque d’affaire Natixis a publié récemment une note intitulée : Peut-il y avoir « révolte des salariés » ?

Et l’auteur de la note développe en écrivant : « La « révolte » des salariés conduirait à de graves déséquilibres financiers. La « révolte’ »des salariés, prenant la forme d’une hausse rapide des salaires, conduirait alors : au redressement de l’inflation et de l’inflation anticipée, en conséquence, au redressement des taux d’intérêt. Le redressement des taux d’intérêt serait évidemment défavorable : aux détenteurs d’obligations et aux emprunteurs, c’est-à-dire aux États, aux entreprises, mais pas aux ménages qui bénéficieraient de la hausse des salaires ».

Alors qu’attendons-nous pour nous révolter ?

Je vous propose, pour aller plus loin, la lecture de différents documents sur le sujet.