Intérim Agir Ensemble

PSA : DES INTERIMAIRES FONT GREVE

PSA : DES INTERIMAIRES FONT GREVE

Oct 24, 2017

PSA : DES INTÉRIMAIRES FONT GREVE

Sur cette photo Jean-Luc Demay, de dos, de la CGT Manpower interdit d’entrée sur le site. Cela ne l’empêche pas d’être présent et en soutien aux salarié(e)s intérimaires, en coordination avec Mickael Gallais de la CGT Peugeot Rennes

Des salarié(e)s intérimaires en colère et en grève

Et ce n’est pas chose courante. Car malgré le droit de grève, inscrit dans la constitution et des menaces de la direction de mettre fin à leur mission et de ne plus les faire travailler, des femmes et des hommes, comme vous, comme moi mais « intérimaires » ont osé braver les directions de Peugeot-Citroën sur les sites de Rennes et de Sochaux.

Pourquoi ? Tout simplement pour des problèmes liés à leurs salaires. Et oui parce que lorsque l’on est intérimaire, les problèmes de salaire sont chose courante… Tout comme les agios que ne manquent pas de faire payer les banquiers quand le compte en banque se retrouve à découvert parce que le client à « oublié » de vous payer une partie de votre salaire ou que Manpower n’a pas fait le nécessaire…

PSA Rennes oct 2017

Pour le site de Sochaux 

Débrayages d’intérimaires à l’usine PSA de Sochaux :
6 ouvrières de l’atelier de peinture ont débrayé le vendredi 13 octobre très en colère de n’avoir perçu que 1 367 euros nets ou à peine plus alors que la direction PSA via les agences d’intérim leur avait dit 2 200 euros bruts soit 1 850 euros nets pour travailler en équipe de week-end (le vendredi, samedi et dimanche). Cette nouvelle équipe de production a démarré début septembre et la première paye des intérimaires vient de tomber mi octobre.
Ces 6 ouvrières ont décidé de renforcer leur protestation en demandant à la CGT de Sochaux d’élargir et d’appeler à débrayer le vendredi suivant 20 octobre, ce que nous avons fait, et là, ce sont 14 intérimaires du montage qui ont protesté près d’une heure en arrêtant le travail et en discutant précisément de leurs problèmes de paie.
En pièces jointes les deux tracts distribués dans l’équipe du VSD (Vendredi Samedi Dimanche)
Ils ont demandé à la CGT de Sochaux d’organiser une conférence de presse et la presse est conviée pour 15h00 le mercredi 25 octobre dans les locaux du syndicat CGT au 3 rue de Pontarlier – 25600 Sochaux.
Depuis ce matin lundi 23 octobre, la direction de Sochaux a fait appeler les agences Manpower, Synergie, Crit et Randstat pour signifier à des intérimaires du montage qui ont fait grève le 20 octobre que la souplesse moins était appliquée à leur contrat et qu’ils feront soit leur dernier weekend à l’usine le week-end prochain, soit qu’ils avaient fini depuis ce week-end, etc. Autrement dit la direction leur fait payer leur libre exercice du droit de grève sans leur présenter, par l’intermédiaire des agences, comme cela, bien entendu !
Notre syndicat a de suite adressé un mail à la direction de Sochaux avec copie à l’inspection du travail et la direction ne s’est pas manifestée depuis 13h00 heure à laquelle le mail lui a été adressé.
Vous avez ci dessous le texte du mail adressé à la représentante de la direction, mail mis en copie à l’inspection du travail  :
Objet : rupture de contrats d’intérimaires
Madame Séraille,
Un intérimaire de Manpower qui a débrayé une heure vendredi 20 octobre a reçu, ce matin, un coup de téléphone de son agence pour lui signifier oralement que le week-end prochain était le dernier à l’usine parce que son contrat s’arrêtait et qu’il ne serait pas le seul, dixit l’agence.
Effectivement il n’est pas le seul, d’autres intérimaires nous font savoir que l’agence Manpower invoque une souplesse moins pour rompre plus tôt que prévu le contrat. D’autres intérimaires nous font savoir qu’ils ont eu un entretien hiérarchique (RG) leur signifiant qu’on n’ allait pas s’embêter avec des gens qui ne veulent pas être là après leur avoir demander pourquoi ils avaient fait grève.
Ce coup de téléphone de Manpower fait immédiatement suite à la grève d’une heure de 14 intérimaires du montage qui avaient besoin de discuter de leurs problèmes de paie.
Autrement dit, ces agissements s’apparentent à une volonté de remettre en cause l’exercice du droit de grève des salariés, intérimaires en l’occurrence, dans un contexte où la direction est parfaitement informée que les problèmes de paie soulèvent bien des interrogations parmi les intérimaires du VSD dans les ateliers.
S’il n’y a aucune volonté de cette nature, le syndicat CGT vous demande d’agir en conséquence auprès des agences d’intérim pour qu’aucun contrat des 14 salariés intérimaires du montage et des 6 ouvrières de Peinture ne soient l’objet d’une mesure qui porte atteinte au libre exercice de leur droit de grève en se traduisant par la rupture de leur contrat.
Dans l’attente, recevez, mes salutations.
Anthony Rué
Délégué Syndical CGT Sochaux-Belchamp

Voici les tracts d’information que la CGT PSA a distribué aux intérimaires sur le site de Sochaux

Pour le site de Rennes 

Seule la CGT de Peugeot, la CGT de l’Intérim (représentant toutes les agences : Adecco – Manpower – Crit – Randstad) et la CGT Manpower ont suivi, aidé, soutenu, conseillé les salarié(e)s intérimaires sur les sites.
Pardon j’oubliais la CFDT… Parce que oui, la CFDT du site de Rennes a bien aidé la CGT en essayant de… déchirer les tracts d’information aux salarié(e)s intérimaires lors de leur distribution…
Et oui, nous n’avons ni les mêmes valeurs, ni les mêmes « relations » avec les directions des entreprises

Aujourd’hui, 24 octobre 2017, une réunion entre la CGT Manpower et la direction régionale de Manpower a lieu à Rennes pour négocier et sortir de l’impasse.
Nous vous tiendrons bien sûr informé(e)s.