Intérim Agir Ensemble

Valence : un fichage des intérimaires qui ne passe pas

Valence : un fichage des intérimaires qui ne passe pas

Voici un extrait du fichier de suivi des mission intérimaires à la plateforme Leroy Merlin de Valence (26). Ces commentaires rassemblés couvrent des missions allant de 2014 à 2017.
Voici un extrait du fichier de suivi des mission intérimaires à la plateforme Leroy Merlin de Valence (26).
Ces commentaires rassemblés couvrent des missions allant de 2014 à 2017.

A la plateforme logistique Leroy-Merlin de Valence, un fichier « sauvage » des intérimaires a été
mis en place, avec des commentaires très « salés » : Le syndicat CGT de la plateforme logistique
menace de saisir le parquet.

 

Valence : un fichage des intérimaires qui ne passe pas
A la plateforme logistique Leroy-Merlin de Valence, un fichier « sauvage » des intérimaires
a été mis en place, avec des commentaires très « salés » : Le syndicat CGT de la
plateforme logistique menace de saisir le parquet. Avec l’interview de Romain

Coussin, délégué CGT de la plateforme logistique Leroy Merlin.

« Vicieux« , « beurk » ou « branleur« , tel sont les commentaires (liste non exhaustive)
qui figurent sur un fichier de suivi des missions mis en place à la plateforme logistique
de Valence (Drôme). Le syndicat CGT, qui a eu vent de l’affaire, menace de porter plainte
face à ce qui ressemble bien à un fichage illégal des intérimaires.

Côté direction du groupe, on assure que cela est « inacceptable » et que ça ne
correspond pas à la politique de la maison en matière de ressources humaines.
A nos journalistes, le groupe Leroy Merlin a assuré avoir commandité une
enquête interne
 pour connaître l’origine de ce fichage.

Un climat social tendu

Pour la CGT, ces éléments interviennent dans un contexte chargé : fin 2016,
un conflit social avait éclaté avec blocage du site pour demander un égalité
salariale entre magasin et plateforme, dénoncer la surcharge de travail et des problèmes
liés au management.
Quelques mois plus tard, si le syndicat CGT concède quelques avancées, il fait toujours état
de « chantages, pressions et intimidations » et d’un recours aux intérimaires
sous de faux motifs et de manière complètement abusive et exagérée.

La productivité demandée en question

Dénonçant le niveau de productivité demandée aux salariés -ce que conteste
formellement l’entreprise– mais qui apparaît parfois au détour d’une ligne
(« pas assez performant en prod »), le syndicat dénonce un turn over très important
chez les intérimaires
 qui « ne veulent plus entendre parler de Leroy Merlin ».
Des intérimaires dont certains ont vu leur passage gratifié d’un commentaire lapidaire,
ce qui fait aujourd’hui l’objet du litige.

Par Christian Conxicoeur –